Ressources Humaines : comment préserver et booster la motivation des road warriors ?

Des conseils en ressources humaines pour créer l’émulation et ainsi augmenter la valeur ajoutée de l’entreprise

< Retour sur le blog Travel Style
Synonyme de conquête, d’horizons qui s’ouvrent et de réussite professionnelle, le voyage d’affaires est aussi source de fatigue, de surmenage et de stress pouvant entamer l’implication du voyageur d’affaires. Comment éviter le décrochage et booster vos équipes ? 

Le monde du travail a connu un bouleversement avec l’arrivée de la génération Y (née entre 1980 et 1995) qui a déplacé le curseur des priorités. Ce qui compte désormais pour les salariés d’une entreprise n’est plus tant la rémunération (9%) que l’intérêt du poste (46%), l’équilibre vie privée-vie pro (20%) et la sécurité de l’emploi (14%). Dans le cas du voyageur d’affaires, la politique voyage est aussi un critère de motivation. Si d’après le rapport “US Business Traveler & Travel Policy 2018” (Travelport), 83% des sondés aiment voyager pour affaires et considèrent ces déplacements comme un avantage, le voyage d’affaires génère également beaucoup de fatigue pouvant entamer son émulation. 


Un collaborateur pas comme les autres

Selon une étude publiée par International SOS, fondation de prévention médicale et de sécurité, plus d’un tiers des voyageurs d’affaires se disent surmenés. Lors d’un déplacement, ils font généralement des heures supplémentaires, réduisent leur activité physique, mangent moins équilibré ou ont un sommeil de mauvaise qualité. Le niveau de stress augmente chez 45% des voyageurs et 46% des sondés admettent consommer plus d’alcool. Pour éviter tout risque de burn-out ou de problèmes de santé mentale (27% des sondés souffrent de dépression, anxiété et stress), l’accompagnement et la prévention par l’entreprise sont indispensables. Markus Keller, responsable des ventes internationales chez Accor, fait partie de ces road warriors et préconise lui aussi de préserver son équilibre et une bonne hygiène de vie pour ne pas subir les conséquences de voyages trop fréquents.

Une politique voyage centrée sur le voyageur

Selon Scott Gillespie, CEO de tClara LLC, un cabinet d’études pour l’industrie du voyage d’affaires, les entreprises ont tout intérêt à mener une politique voyage centrée sur le voyageur plutôt que sur les économies. L’obliger à voyager en classe Economie au lieu de la classe Business, à séjourner dans un hôtel de confort inférieur... : tout cela baisse les coûts mais augmente la probabilité que le collaborateur quitte l’entreprise pour un employeur proposant une meilleure politique voyage. En effet, 84% des ‘"road warriors" déclarent qu’ils seraient très intéressés par une offre d’emploi d’une autre société si sa politique voyage était meilleure.

La société tClara LLC, a donc mis en place une méthodologie, Trip Friction (R), pour mesurer les frictions rencontrées par les voyageurs. En s’accumulant et avec le temps, ces frictions créent de l’usure. Trip Friction ® est assorti de préconisations comme :
  • éviter les vols très matinaux et très tardifs
  • planifier des déplacements qui n’empiètent sur les week-ends, moments privilégiés pour rester en famille
  • instaurer le télétravail ou des semaines sans déplacement, etc.

La personnalisation du voyage est aussi un moyen de booster la motivation et de satisfaire les voyageurs. 

Des déplacements qui ont du sens
Étendre son horizon professionnel, rencontrer des clients, acquérir de nouvelles compétences… Nombreuses sont les bonnes raisons d’effectuer un déplacement professionnel. Les rappeler peut susciter l’émulation et raviver l’objectif principal : booster l'activité et les bénéfices pour l’entreprise.

La technologie pour fluidifier le voyage
Applications d’itinéraires, réservations en ligne, alertes en cas de retard ou d’annulation de vols, etc. Mettre à disposition des collaborateurs tous les outils modernes pouvant lui faciliter la vie rendra son déplacement professionnel plus agréable et… stimulant.    

Communiquer pour mieux impliquer

Le meilleur moyen d’identifier les sources de démotivation des voyageurs d’affaires pour l’entreprise est de privilégier la communication avec eux. Elle doit intervenir en amont dans la compréhension de la politique voyage, son manque de clarté pouvant décourager le collaborateur. D’après l’étude Traveler 360° menée par American Express GBT, les Français sont les plus nombreux (59 %) à déplorer ce manque de clarté comparés aux Britanniques, Allemands, Australiens, Indiens, Singapouriens et Américains.

La communication doit aussi intervenir en aval, dans l’écoute du voyageur. D’après le baromètre européen EVP 2018, seul 33 % des entreprises fait évoluer sa politique voyages en fonction de la satisfaction des voyageurs. Le plus souvent, ces derniers ne sont pas consultés (43%) ou leur témoignage n’a pas d’impact (24%) sur le programme voyages. Difficile d’impliquer les voyageurs d’affaires si la politique de l’entreprise se définit sans leur avis.

Être à l’écoute des collaborateurs et du marché semble être la clé du succès. L’AFTM (Association Française du Travel Management) à l’échelle française et européenne ou ACTE pour l’internationale organisent régulièrement des évènements et des rencontres. C’est l’occasion de privilégier des temps d’échanges entre professionnels du voyage d’affaires pour partager les bonnes pratiques des uns et des autres. 

Publié par Thi bao le 09/05/2019 Copyright : © Svetikd

ÇA PEUT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

TPE-PME : Travel manager ou TMC, comment choisir ?

Au sein des petites structures, quelle est la solution la plus adaptée, économique et rentable, pour gérer les déplacements pro ?

Quel profil de voyageur d’affaires êtes-vous ?

Fracture générationnelle et diversité de profils, autant de facteurs qui génèrent des besoins bien différents. Voici quelques pistes pour les identifier ?

Les secrets d'un manager constamment en déplacement

Interview de Markus Keller, voyageur fréquent pour son travail, il nous présente son quotidien et ses conseils pour faire face à ce challenge et rester efficace

< Retour sur le blog Travel Style